L’immobilier : un serpent qui se mord la queue ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Le marché de l’immobilier a profondément évolué ces 10 dernières années. Les Français ont investit massivement dans la pierre, ce qui fait de l‘immobilier, le 1er marché non financier en France, avec plus de 100 milliards échangés chaque année. Mais cet engouement n’est pas sans conséquence.

Tout d’abord, on constate une hausse des prix. En 10 ans, le prix au m2 a flambé de +150% et a même parfois triplé dans certain quartier. Ensuite, on s’aperçoit que la part de primo-accédant (1er achat immobilier) est de plus en plus faible. Les transactions se font donc entre propriétaires. Conclusions ? Les acheteurs sont aussi des vendeurs.

Brice Vauvilliers, Directeur Commercial chez Neo Avenue constate que 70% des acheteurs ont également un projet de vente. Seulement voila, le problème d’aujourd’hui est difficile à résoudre : les propriétaires ne vendent pas tant qu’ils n’ont pas trouvé leur nouvelle résidence, et comme tout le monde raisonne de la même façon, peu de bien se retrouve à la vente sur le marché.

Il n’y a pas si longtemps, les propriétaires prenaient le risque d’acheter avant de vendre, en s’appuyant au besoin sur un prêt relai, mais les incertitudes économiques que rencontre la France depuis maintenant 1 an, poussent les vendeurs à la prudence. C’est le serpent qui se mord la queue : on ne vend pas tant que l’on n’a pas trouvé et comme on ne trouve pas, on ne vend pas …. Le marché se fige et c’est le triste constat que font les agents immobiliers depuis plusieurs mois (baisse de 35% du nombre de transactions par rapport à la même époque en 2011)

Seules les petites surfaces s’échangent aujourd’hui car elles ne sont pas concernées par cette tendance. Les acheteurs sont souvent des investisseurs avec un apport important ou des parents à la recherche d’une 1ère acquisition pour leurs enfants. Ce type de transaction n’est donc pas dépendante de la vente d’un autre bien immobilier.

“Nous y verrons plus clair après les élections législatives, les Français seront fixés sur la couleur politique du gouvernement et de nouvelles mesures seront annoncées. Cela va contribuer à baisser les tensions sur le marché” explique Caroline Lopinot, Directrice Générale de Neo Avenue

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »