Un marché de l’immobilier parisien à 2 vitesses

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Neo Avenue constate que le marché immobilier parisien fonctionne à 2 vitesses.

D’un coté les biens proposés à la vente à un prix supérieur à 350 000 € qui se vendent plus difficilement et de l’autre, les petites et moyennes surfaces (studio ou 2 pièces) qui continuent d’être très recherchées et sur lesquelles les prix ne fléchissent pas.

“On s’aperçoit que 65% de la demande porte sur des acquéreurs ayant un budget situé entre 100 000 et 500 000 €. Mais attention, tout ne se vend plus comme avant ! Les biens surestimés de +10% mettent 3 à 4 mois à se vendre alors que les biens au bon prix continuent de se vendre en moins d’un mois. Concernant les biens en mauvais état ou à retaper, même si les acheteurs sont à la recherche de ce type de produits, dans les faits, nous constatons souvent que les travaux font peur aux acheteurs, ce qui rallonge les délais de vente” nous explique Jean Baptiste Niveau, Président et co-fondateur de Neo Avenue, agence immobilière à commission réduite.

En résumé, les biens entre 15 et 50 m2, de moins de 350 000 €, et en bon état continuent d’être très recherchés, tandis que les appartements familiaux ou atypiques (de type loft) peinent à trouver preneur. Les  taux d’emprunt historiquement bas (3,30% sur 15 ans) ne suffisent donc plus à fluidifier le marché et les acheteurs demeurent attentistes et exigeants. Visiblement, une nouvelle page immobilière est en train de s’écrire à Paris. L’époque où les acquéreurs achetaient sans être trop regardant sur la qualité du bien et sur le prix, pariant sur une valorisation de +15% / an, est désormais révolue. Les vendeurs vont devoir s’y habituer et revoir leur stratégie de vente.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »